Archives de catégorie : Non classé

inédits d’Afrique et Outremer 8ème édition

Téléchargez l’appel à pièces

L’association Postures, EMILE&CIE / Lansman éditeur et La Compagnie Issue de Secours – Théâtre de la Ferme Godier lancent un appel à textes pour l’édition 2020 du prix inédiTs d’Afrique et Outremer, prix lycéen de pièces inédites francophones.

Le prix inédiTs d’Afrique et Outremer 2020 sera décerné par les lycéens de différents établissements à la pièce qu’ils choisiront parmi les trois qui leur seront proposées.

Il aboutira à la publication de la pièce lauréate chez Lansman éditeur et à une résidence de son auteur au Théâtre de la Ferme Godier à Villepinte, durant le festival Oups en mai 2021.

Le Prix sera remis lors d’une soirée avec lecture publique du texte dans un théâtre partenaire.

Jean Rock Gaudreau

Sélectionné pour le prix Collidram 2010
avec  La Migration des oiseaux invisibles
Lansman éditeur

 

Manque de pot, ma caméra ne fonctionne pas et je passe ma vie entre Québec et Montréal actuellement pour le bureau. Alors, il faudra revenir à une méthode plus traditionnelle qui consistera à vous saluer : vous, les jeunes, et vous remercier, sans oublier les personnalités présentes, mes collègues et madame Isabelle Gardien.
Pour ce qui est d’un message plus spécifique, je pourrais dire ceci de la pièce en question :

« La migration des oiseaux invisibles est une fable sur l’Amérique, terre d’espoir, qui attire sans doute la convoitise, mais demeure, à mes yeux, malgré ses erreurs et ses errements, une promesse d’un monde meilleur et plus juste. Nous avons le devoir d’entretenir ce rêve, de le restaurer.
Sinbad et Rat-d’eau nous rappellent à nos responsabilités. 
Il y a quelques années, j’ai choisi sciemment de tourner le dos à la dramaturgie de l’accusation et du désespoir qui rivalise d’imagination
pour nous présenter un monde fini, désespéré. Sans nier les problèmes qui minent notre époque, je crois que la beauté de la vie doit aussi être racontée. Sans quoi, par effet de cumul, les spectateurs, peu importe leur âge, associeront le théâtre à la déprime de l’Occident, sa perte de repères bien réelle, mais qui n’est pas irréversible tant qu’il y a des mots.
Le théâtre, dans la littérature, est aussi un outil vivant et tangible pour nommer ce qui est beau en nous et autour de nous. Pour moi, ce choix de l’espoir à tout prix, c’est une sorte de voie du milieu entre l’accablement des spectateurs et le divertissement bébête. »

Jean Rock Gaudreault